“Nous sommes des machines à oublier”