Conférences, colloques & publications

Retrouvez sur cette page, les annonces de conférences et colloques organisés par le Centre de Recherche, la liste des publications ainsi que les conférences enregistrées.

PROGRAMME 2018

Présentation des conférences (à venir et passées) ci-dessous

SEPTEMBRE

  • Samedi 22 Septembre, 15h00 : « La grippe espagnole dans la guerre : un autre centenaire » – Anne Rasmussen (EHESS), Historial de la Grande Guerre, Péronne

OCTOBRE

  • Lundi 1er octobre 18H30 : Conf. Clémentine Vidal-Naquet : “Amours en guerre”.  Dans le cadre des Lundis de la Culture du Conseil départemental de la Somme, cette conférence se déroulera 35 rue Lamarck à AMIENS, à 18h30.  Inscription OBLIGATOIRE : tel 03 22 17 83 51 et communication@somme.fr
  • Mardi 2 octobre, 18h30 : « Pierre Loti, une plume au service de la propagande» Marie-Pascale Prévost-Bault, Historial de la Grande Guerre, Péronne
  • Samedi 13 octobre – Rendez-vous de l’Histoire de Blois, 16H-17H30, Salle Lavoisier Conseil départemental du Loir et Cher Place de la République Blois.

Table ronde « Tu n’as rien vu dans la Grande Guerre ? » Annette Becker (Université Paris-Nanterre), Marine Branland (Université Paris-Nanterre), Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg) Manon Pignot (Université Picardie Jules Verne) présidence de Laurence van Ypersele (Université catholique de Louvain)

NOVEMBRE

  • Lundi 5 Novembre :  Conférence de Philippe NIVET “1918” à l’issue de laquelle se déroulera,  la cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, présidée par Laurent SOMON, Président du Conseil départemental de la Somme, et dans le cadre des Lundis de la Culture du Conseil départemental,  35 rue Lamarck à AMIENS, à 18h30,  Inscription OBLIGATOIRE : tel 03 22 17 83 51 et communication@somme.fr
  • Jeudi 8 novembre – Hôtel des Invalides – Paris – Inscription obligatoire

14H-17H : Table ronde : « Une guerre sans fin ? Les armistices de 1918 au carrefour du monde » Nicolas Werth (CNRS/IHTP), Isabelle Davion (Université Paris-Sorbonne), Marco Mondini (Université de Padoue), Robert Gerwarth (University College, Dublin), Jörn Leonhard (Université de Freiburg), Eugene Rogan (St Anthony’s College, Oxford)

19H30 : Conférence « L’Humanitaire international à la sortie de la Grande Guerre », Bruno Cabanes (Ohio State University)

  • Dimanche 11 novembre  – 15H: «Ecrire l’histoire du 11 novembre 1918 en 2018 » Conférence de Victor Demiaux (EHESS), Historial de la Grande Guerre, Péronne

DECEMBRE

  • Jeudi 6 décembre – 18h30 : « Le retour des populations dans les territoires du Nord et de la Somme »Annette Becker (Université Paris-Nanterre), Historial de la Grande Guerre, Péronne

Programme sous réserve de modification. Entrée libre dans la limite des places disponibles. Inscription conseillée.

Renseignement/inscript°:  c.fontaine@historial.org   Tel : (00 33) (0)3 22 83 14 18

http://1418.hypotheses.org/  –  www.historial.org Twitter @cr_historial https://www.facebook.com/crhistorial

PRÉSENTATIONS

Samedi 22 septembre 2018, 15H, Historial de la Grande Guerre :

Conférence “La grippe espagnole dans la guerre : un autre centenaire” Anne Rasmussen (EHESS)

« La grippe espagnole de l’automne 1918 a été plus meurtrière que la Grande Guerre » : si cette formule témoigne bien d’une épidémie sans égale dont les conséquences humaines furent comparables à celles de la grande peste qui toucha l’Occident à la fin du moyen âge, toutefois elle ne rend pas compte des liens complexes que la pandémie a entretenus avec la guerre, selon les nations et leur situation sanitaire. Cette conférence dressera un tableau de l’explosion grippale, à un moment décisif pour l’issue du conflit. Elle envisagera les enjeux de cette crise majeure de santé publique, qu’ils soient militaires, politiques, scientifiques, médicaux et même culturels. Elle s’interrogera enfin sur la sous-estimation durable de cette pandémie, à laquelle les historiens se sont peu intéressés, alors que la mémoire de l’événement est restée vive dans les familles.

Anne Rasmussen est historienne (EHESS). Elle est membre du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, et dirige la revue d’histoire Le Mouvement social. Ses travaux relèvent de l’histoire sociale et culturelle des sciences et de la santé aux XIXe et XXe siècles.

A paraître, fin 2018 : La Grande Guerre prophylactique. Armée, santé, citoyenneté, 1914-1920 (Les Belles Lettres)

—————————-

  • Samedi 13 octobre – Rendez-vous de l’Histoire de Blois

16H-17H30, Salle Lavoisier Conseil départemental du Loir et Cher Place de la République Blois.        

Table ronde : « Tu n’as rien vu dans la Grande Guerre ? »

Annette Becker (Université Paris-Nanterre), Marine Branland (Université Paris-Nanterre), Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg) Manon Pignot (Université Picardie Jules Verne) présidence de Laurence van Ypersele (Université catholique de Louvain)

En 1921, Marc Bloch, dans son article programmatique « Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre », déclarait : « Tout se passe comme si la plupart des hommes circulaient les yeux à demi fermés au milieu d’un monde extérieur qu’ils dédaignent de regarder. »  Il venait de vivre la Grande Guerre les yeux ouverts – oh combien – comme combattant et comme médiéviste. Et pourtant les sources-images ont longtemps été  dédaignées par les historiens, qu’elles soient photographies, dessins, films, objets, etc… Marine Branland, à propos de quelques  artistes et Alexandre Sumpf  sur les sources audio-visuelles de la révolution russe, Jay Winter sur la révolution du Kodak chez les combattants, Manon Pignot et Annette Becker à propos des adolescents au front et des civils essaieront de démentir le pessimisme de Bloch, sous la présidence de Laurence van Ypersele.

————————————————————

  • Jeudi 8 novembre – Hôtel des Invalides – Paris                                                                                                               -14H-17H : Table ronde : « Une guerre sans fin ? Les armistices de 1918 au carrefour du monde » Nicolas Werth (CNRS/IHTP), Isabelle Davion (Université Paris-Sorbonne), Marco Mondini (Université de Padoue), Robert Gerwarth (University College, Dublin), Jörn Leonhard (Université de Freiburg), Eugene Rogan (St Anthony’s College,Oxford)

Il s’agit de se placer au point de vue des quatre armistices de l’automne de 1918 : Salonique (29 septembre) avec la Bulgarie ; Moudros (30 octobre) avec l’Empire Ottoman ; Villa Giusti (3 novembre) avec l’Autriche-Hongrie ; et bien sûr, Rethondes (11 novembre) avec l’Allemagne. Entre ces quatre cessez-le-feu négociés (tout en prenant en compte le renversement de l’armistice russo-allemand de Brest-Litovsk du 15 décembre 1917, qui avait signé une autre sortie de guerre), il s’agit d’un tournant majeur – temporel comme spatial – d’où la métaphore du « carrefour du monde ». Le sort de ces divers armistices concerne, en effet, le monde entier (y compris les domaines coloniaux). Toutefois, leur statut – suspendu entre la guerre et la paix – ouvre une boîte de pandore de possibilités futures, possibilités qui avant l’arrivée de la paix définitive (à partir de 1923) vont faire l’enjeu de la sortie de la guerre, et ce en partie à travers une « guerre sans fin » qui constitue le contrepoint violent d’un processus de la paix diplomatique. Sans avoir l’ambition de faire toute l’histoire de cette « sortie de guerre », il s’agira plutôt de scruter chacun des armistices pour recréer leurs futurs imaginés et les contradictions qu’ils recèlent.

           -19H30-21H00 : Conférence de Bruno Cabanes :

“L’humanitaire international à la sortie de la Première Guerre mondiale”

La sortie de la Grande Guerre s’accompagne de crises humanitaires de grande ampleur qui touchent l’ensemble du continent européen et au-delà. Les survivants du  conflit ne sont pas seulement des vétérans ou d’anciens prisonniers de guerre, mais aussi des millions d’apatrides, des victimes d’épidémies et de la faim dont beaucoup d’enfants, des populations prises dans le chaos des conflits qui embrasent l’Europe d’après-guerre. Face à de telles catastrophes, les nouveaux États nés de la guerre ou ceux qui en sortent terriblement affaiblis sont impuissants. S’engage alors une mutation en profondeur du champ humanitaire à l’échelle transnationale: une nouvelle gestion de l’urgence, de nouvelles expertises pour la prise en charge des victimes, de nouveaux outils juridiques, et même de nouvelles manières de sensibiliser à la souffrance d’autrui.

Bruno Cabanes occupe la chaire Donald G. et Mary A. Dunn d’histoire de la guerre à 0hio State University. Il est l’auteur notamment de The Great War and the Origins of Humanitarianism, 1918-1924 (Prix Birdsall de l’American Historical Association en 2016)

————————————————————

  • Dimanche 11 novembre  – 15H: «Ecrire l’histoire du 11 novembre 1918 en 2018 » Conférence Victor Demiaux (EHESS), Historial de la Grande Guerre, Péronne.

Il y a cinquante ans paraissait dans la collection “les 30 journées qui ont fait la France” l’ouvrage de Pierre Renouvin sur le 11 novembre 1918. Si cette réflexion, devenue classique, reste un modèle indiscutable, sa focalisation sur les aspects diplomatiques, militaires et politiques constitue aussi en creux un révélateur des profonds renouvellements du questionnaire historien intervenus depuis lors. Ecrire l’histoire du 11 novembre 1918 aujourd’hui, c’est d’abord s’intéresser aux représentations et aux émotions de ceux qui le vécurent, à la liesse collective, aux gestes qui s’y déploient et aux formes de ritualisation spontanées qui accompagnent et font l’événement. C’est aussi en écrire une histoire internationale et transnationale, nullement limitée au cadre hexagonale. Evénement politique et militaire, événement vécu collectivement, événement-monde, le 11 novembre 1918 doit enfin être appréhendé comme un événement-mémoire, une date cristallisant le processus de commémoration de la Grande Guerre dès les années suivant 1918.

Victor Demiaux, ancien élève de l’École normale supérieure, docteur en histoire (École des Hautes Études en Sciences Sociales) est l’auteur d’une thèse sur les célébrations de la victoire après 1918 dans les capitales européennes (2013). Il est actuellement directeur de cabinet du président de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS). Ses activités de recherche portent à présent sur la Roumanie dans la Grande Guerre. Dernières publications: “le 11 novembre 1918” in Historiens et Géographes, mai 2018; introduction (avec Emmanuelle Cronier) du numéro spéciale de la revue de la Society for First World War Studies: Encountering the Other in Wartime: the Great War as an intercultural moment ? (à paraître)

CONFÉRENCES 2018 (passées)

FEVRIER

  • Samedi 10 février – 15h00: « Églises, clergé et croyants en Picardie et Haute-Somme en 1918 » Xavier Boniface (Université Picardie Jules Verne), Historial de la Grande Guerre, Péronne

 

Péronne, 1918. Collection Historial de la Grande Guerre

Une décennie après la séparation des Églises et de l’État (1905), l’Union sacrée rassemble tous les courants philosophiques, politiques et spirituels dans la lutte contre l’Allemagne. C’est l’un des aspects de l’implication des Églises – en tant que communautés de croyants et institutions – dans la Grande Guerre. En Picardie, et plus précisément en Haute-Somme, dans le Vermandois et dans le Santerre, elles regroupent en majorité des catholiques, au moins de tradition. Les protestants sont quelques milliers, surtout des calvinistes et, dans l’Aisne, des baptistes. Les juifs sont quelques centaines. La guerre est aussi un temps où se côtoient des religions très diverses, notamment avec le passage de soldats coloniaux, britanniques et allemands dans la région.

Églises, clergé et croyants de et en Haute-Somme, Vermandois et Santerre participent à l’effort de guerre par leurs œuvres, leurs prières et leurs engagements. Ils subissent aussi les effets du conflit, avec la destruction de nombreuses églises le long de la ligne de front et l’occupation, qui reprend ponctuellement lors des offensives allemandes de 1918. C’est un bilan de leur place et de leur rôle à la fin de la guerre qui sera ainsi dressé.

Agrégé d’histoire, Xavier Boniface est professeur à l’Université Picardie Jules Verne. Il est responsable du master Phénomène guerrier. Il a notamment publié en 2014 :  Histoire religieuse de la Grande Guerre Fayard.

Entrée libre – Pour tout renseignement/inscription : c.fontaine@historial.org et tel 03 22 83 14 18  http://1418.hypotheses.org/ Twitter @cr_historial https://www.facebook.com/crhistorial

MARS

  • Jeudi 29 mars-18h30 : « L’offensive en Picardie » Philippe Nivet (Université Picardie Jules Verne), Historial de la Grande Guerre, Péronne

Collection Historial de la Grande Guerre

En mars 1918, la Picardie, qui avait été libérée de l’occupation par le retrait allemand de 1917, subit de nouveau l’invasion, avec l’offensive allemande, dite offensive Michael, de mars 1918. Cette conférence analysera l’impact de ces événements militaires sur les populations samariennes, mettant notamment en valeur les nouveaux déplacements de population, l’évacuation d’Amiens, les destructions que subit le département, avant les victoires alliées et le reflux des troupes allemandes.

JUILLET

Dans le cadre de l’école d’été 2 au 7 juillet « Une histoire environnementale de la Grande Guerre »  Historial de la Grande Guerre, Péronne –  Inscription obligatoire

  • Lundi 2 juillet, 16h00 : Conférence « L’histoire environnementale et ses enjeux»

Stéphane Frioux (Université Lumière Lyon 2)

  • Vendredi 6 juillet, 15h45 : Conférence « La guerre et ses environnements pathogènes », Anne Rasmussen (Université de Strasbourg)

Programme culturel 2017

PROGRAMME 2017

Samedi 4 MARS, 15H : Mutineries de 1917 : Refus de combattre, grève ou simple protestation? Denis ROLLAND, Conférence,  Historial de la Grande Guerre – Verre de l’amitié

Jeudi 6 AVRIL, 19H30 : 1917 – Le repli sur la ligne Hindenburg, Philippe NIVET, Conférence, Historial de la Grande Guerre – Verre de l’amitié

Samedi 20 MAI, 17H : Le visage de la Révolte: 1917, Jay WINTER (Yale University) et Joëlle BEURIER (URCA, CERHIC), Conférence, Historial de la Grande Guerre, (Nuit des musées) – Verre de l’amitié

Samedi 10 JUIN, 15H : Les artistes, entre guerre, révolution et camouflage, Annette BECKER (Université de Paris-Ouest Nanterre la Défense), Conférence, Historial de la Grande Guerre, Verre de l’amitié

Samedi 7 octobre (horaire en attente)

Conférence : Génocide Herero et Nama 1904 -1917, Susanne KUSS (Université de l’Éducation à Fribourg-en Brisgau Allemagne), Rendez-vous de l’Histoire de Blois, salle du Conseil départemental du Loire et Cher

Table ronde : «Le savant et le politique : faire la Grande Guerre par les sciences ?» Modérateur : Stéphane Audoin-Rouzeau (EHESS) Intervenants : Gerd Krumeich (Université de Düsseldorf), Laurent Mazliak (Université Pierre-et-Marie-Curie), Anne Rasmussen (Université de Strasbourg), Jay Winter (Université de Yale)

Jeudi 19 OCTOBRE, 19H30 : La Russie en 1917. « Transformer la guerre impérialiste en guerre civile » (Lénine), Alexandre SUMPF (Université de Strasbourg, IUF), Conférence, Historial – Verre de l’amitié

Samedi 11 NOVEMBRE :

– 15H : Ciné-concert projection de Condamnés / Les Russes en France, film russe de Lev Pouch, Goskinprom Gruzii (1931) conservé au Gosfilmofond de Russie, séance présentée par Alexandre SUMPF et accompagnée au piano par Thomas LAVOINE, élève de la classe d’improvisation au piano de Jean-François Zygel, en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

– 17H : Remise des bourses Gerda Henkel du Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre. Historial de la Grande Guerre, salle audiovisuelle.

– 18H : Verre de l’amitié

Dimanche 19 NOVEMBRE, 15H : L’entrée en guerre des américains, Michael NEIBERG (United States Army War College), Conférence, Historial de la Grande Guerre – Verre de l’amitié

Jeudi 7 DECEMBRE, 19H30 : Projection à l’Historial du film, d’Isabelle Ingold, en sa présence : « Des jours et des nuits sur l’aire » (un film sur l’aire d’autoroute d’Assevillers) – Verre de l’amitié

Conférences enregistrées

Caroline Fontaine

Centre de recherche – Historial de la Grande Guerre – BP 20063 – 80201 PÉRONNE cedex
http://1418.hypotheses.org/ – Twitter @cr_historial – https://www.facebook.com/crhistorial
Tél. 03 22 83 54 13 – Fax 03 22 83 54 18

Contacter le Centre de Recherche par mail :